La Photothèque et la technologie

Dès la fin des années 1980 le Centre Camille Jullian c’est intéressé à la gestion numérique avec la mise en place d’un protocole d’archivage et de gestion des données photographiques à l’aide du procédé de LaserVideoDisc de Sony. Si le choix était apparu judicieux, il s’est malheureusement assez rapidement révélé obsolète compte tenu du tournant pris par l’explosion des innovations technologiques durant les années 1990 et de la véritable révolution informatique qui s’y est opéré.

S’en est suivi une période de recherche d’un outil de gestion pour la Photothèque qui, avec le développement des technologies de numérisation des clichés argentiques et les débuts des prises de vues numériques, n’a pas été sans difficultés.

La nécessité, avec les années 2000, de la gestion numérique de ces sources iconographiques de la recherche produites par le service photographique du Centre Camille Jullian a conduit le service de la Photothèque a avoir une réflexion plus approfondie sur la conduite à tenir en matière de gestion de ces archives vivantes.

C’est en 2009 que le choix c’est porté vers un outil permettant à la fois la gestion de l’archivage des fichiers nativement numériques produits par les photographes comme celui des clichés argentiques numérisés, mais également pouvant permettre la mise à disposition des clichés, la diffusion et la valorisation de ces sources avec une totale traçabilité et de sécurité.

Les capacités de l’outil permettent aujourd’hui de mener plus loin la réflexion vers l’aménagement d’une véritable plateforme de ressources numériques pouvant être alimenté par plusieurs services du laboratoire : photographes, topographe, édition, bases de données… toute ressource disponible en version numérique pourrait être stockée, archivée et diffusée. Mais nous ne somme qu’au début de cette nouvelle aventure…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *