Gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS

Action nationale de formation – 14 au 18 octobre 2013

logo-anf

Cette semaine se déroule l’ANF « Gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS » où à travers un cas d’école utilisant des données numériques complexes (textuelles, iconographiques, documentaires) et s’appuyant sur des notes de cadrage spécifiques, les groupes de travail réaliseront un projet de cahier des charges complet. Chaque groupe fait le même projet, étape par étape, en même temps et dans la continuité du projet.

Des focus et des conférences compléteront les ateliers pour permettre de débattre sur les pratiques et de confronter les différents choix possibles.

La formation chercher à exposer les manières de procéder, leurs enjeux et leurs limites, pour élaborer une méthode souple qui allie bonnes pratiques et créativité, afin que les stagiaires ajustent avec pertinence leurs acquis aux objectifs scientifiques, éditoriaux et patrimoniaux des projets qu’ils conduisent.

Organiser, Structurer, Exploiter, Numériser, Archiver, Diffuser… des pistes pour les Digitals Humanities…

Plus d’infos : http://anf2013.msh-vdl.fr/

Sciences en images : observation, interprétation, création, imagination

Depuis 2009, le réseau Pims (Professionnels de l’image scientifique) fédère les pôles audiovisuels et les photothèques des principaux établissements scientifiques et techniques nationaux (instituts de recherche, universités, musées…) autour d’un point commun, l’image scientifique.
Qu’elle soit fixe ou animée, l’image est au cœur des activités de recherche et au cœur de nos missions. Cette place est incontestable et incontestée : dès son invention, elle a suscité l’engouement des chercheurs et cet intérêt ne s’est pas démenti. Depuis presque deux siècles, des évolutions technologiques et sociologiques majeures ont bouleversé le paysage de la photo et du film scientifiques, modifiant en profondeur les pratiques, les usages.
Face à ces constats, il nous a semblé intéressant de faire une pause, « un arrêt sur image » pour prendre un peu de distance avec le quotidien, nous interroger et réfléchir ensemble aux grandes tendances façonnant nos métiers.

Consultez le programme :  ici

Journées – Gestion et diffusion des archives en Archéologie : Etat des lieux

Depuis fin 2012, le Centre Camille Jullian est engagé dans le consortium « Mémoires des archéologues et des sites archéologiques » (MASA) labellisé par le TGIR Corpus (Huma-Num) et soutenu par le Réseau national des McolloqueFINAL2-Lightaisons des Sciences de l’Homme.

Cette année, le Centre Camille Jullian coordonne le projet « Expérimentation des processus » qui propose de mettre au point une chaîne opératoire pour la mise à disposition de corpus numériques, depuis le récolement des documents, en passant par leur numérisation, leur documentation, jusqu’à leur présentation en ligne et leur valorisation. Les compétences des différents membres du consortium MASA à plusieurs niveaux de cette chaîne opératoire sont mises en commun et partagées pour développer ce projet.

Dans ce cadre nous organisons deux journées d’étude, les 22 et 23 octobre 2013, à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence sur les pratiques d’enregistrement et d’archivage des données en archéologie. Le champ disciplinaire de l’archéologie est composé, en France, d’un éventail d’opérateurs (CNRS, DRASSM, INRAP, SRA, service territoriaux, musées, écoles françaises à l’étranger, opérateurs agréés…) placés sous des tutelles variées : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Ministère de la Culture et Communication, Fonction publique territoriale, opérateurs privés avec agrément… Nous souhaitons réunir, lors de ces journées, l’ensemble des acteurs de l’archéologie pour un échange autour des pratiques d’archivage en usage.

On s’attachera à examiner l’état des pratiques d’archivage et l’on discutera les politiques institutionnelles de gestion de la documentation archéologique. Le traitement de quelques dossiers types sera détaillé afin d’en tirer les arguments de bonne pratique pour tous à la lumière des développements des outils numériques.

Vous trouverez le programme complet ici : programme_journées_MASA

Qu’est-ce que MASA ?

Le consortium « Mémoires des archéologues et des sites archéologiques » : MASA réunit actuellement 9 laboratoires répartis dans 5 Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) ainsi que le Musée d’archéologie nationale. La Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès est coordinatrice du projet.Logo-MASA

Les partenaires sont : Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (MAE), Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), Maison de la Recherche en Sciences humaines Normandie-Caen (MRSH), Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire (MSH Val-de-Loire), Musée d’archéologie nationale (MAN).

Les laboratoires impliqués sont :

-USR 3225 Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (MAE) ;

-USR 3439 Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) ;

-USR 3486 Maison de la Recherche en Sciences humaines Normandie-Caen (MRSH) ;

-UMR 6273 CRAHAM Centre Michel de Boüard (Caen) ;

-Presses universitaires de Caen (Université de Caen Basse-Normandie/MRSH) ;

-USR 3125 Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) ;

-UMR 7299 Centre Camille Jullian (Aix-en-Provence) ;

-UMS 1835 Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire (MSH Val-de-Loire) ;

-UMR 7324 CITERES Cités, TERritoires, Environnement et Sociétés (Tours).

MASA a pour objectif premier de rendre plus accessibles les données de la recherche archéologique produites par les chercheurs dans le cadre de leurs projets. Les partenaires du consortium mettent en commun leurs compétences développées dans les domaines suivants :

  • Production de corpus numériques
  • Interopérabilité des bases de données
  • Encodage des documents
  • Archéomatique
  • Traitement du patrimoine iconographique
  • Archivistique appliquée à l’archéologie, archivage électronique, réglementation
  • Indexation.

MASA fonctionne sur un budget quadriennal renouvelable. Pour 2013, 4 grands axes ont été définis : mise au point de référentiels d’indexation, expérimentations des processus (archivage, numérisation, mise en ligne, documentation…), logicisme et encodage en TEI, modélisation des données.

PhotoArcheoMed

   PhotoArcheoMed est l’acronyme donné au portail d’accès à la plateforme de ressources numériques de la Photothèque du laboratoire. Vignette-PhotoArcheoMed

   Il s’agit d’une banque d’images qui contient aujourd’hui images produites par le service photographique et/ou conservées au sein de la Photothèque du Centre Camille Jullian. Il s’agit  à la fois de clichés nativement numériques et de clichés argentiques numérisés, qu’il s’agisse de diapositives couleurs, ou de négatifs argentiques N&B ou couleurs.

   PhotoArcheoMed devient progressivement le cœur de la Photothèque du Centre Camille Jullian qui pourra ainsi, à terme, assurer l’intégralité de ses missions : archivage, conservation, gestion et valorisation du patrimoine photographique du laboratoire, composé non seulement des travaux des photographes du Centre Camille Jullian, mais également de l’ensemble des membres du laboratoire.

PhotoArcheoMed est accessible à l’adresse :  http://photoarcheo.mmsh.univ-aix.fr/phototheque/

La Photothèque et la technologie

Dès la fin des années 1980 le Centre Camille Jullian c’est intéressé à la gestion numérique avec la mise en place d’un protocole d’archivage et de gestion des données photographiques à l’aide du procédé de LaserVideoDisc de Sony. Si le choix était apparu judicieux, il s’est malheureusement assez rapidement révélé obsolète compte tenu du tournant pris par l’explosion des innovations technologiques durant les années 1990 et de la véritable révolution informatique qui s’y est opéré.

S’en est suivi une période de recherche d’un outil de gestion pour la Photothèque qui, avec le développement des technologies de numérisation des clichés argentiques et les débuts des prises de vues numériques, n’a pas été sans difficultés.

La nécessité, avec les années 2000, de la gestion numérique de ces sources iconographiques de la recherche produites par le service photographique du Centre Camille Jullian a conduit le service de la Photothèque a avoir une réflexion plus approfondie sur la conduite à tenir en matière de gestion de ces archives vivantes.

C’est en 2009 que le choix c’est porté vers un outil permettant à la fois la gestion de l’archivage des fichiers nativement numériques produits par les photographes comme celui des clichés argentiques numérisés, mais également pouvant permettre la mise à disposition des clichés, la diffusion et la valorisation de ces sources avec une totale traçabilité et de sécurité.

Les capacités de l’outil permettent aujourd’hui de mener plus loin la réflexion vers l’aménagement d’une véritable plateforme de ressources numériques pouvant être alimenté par plusieurs services du laboratoire : photographes, topographe, édition, bases de données… toute ressource disponible en version numérique pourrait être stockée, archivée et diffusée. Mais nous ne somme qu’au début de cette nouvelle aventure…

Une archive vivante de la recherche archéologique

La Photothèque du Centre Camille Jullian constitue aujourd’hui une archive vivante des recherches conduites par le Centre depuis plus d’un demi-siècle. En 1978, à la création de l’unité de recherche, le laboratoire hérite partiellement du service et des travaux photographiques de l’Institut Archéologique Méditerranéenne (IAM). Puis en 1994 avec l’association à l’équipe de Recherches d’Antiquités africaines et la mise en place d’une nouvelle Unité Mixte de Recherche, le patrimoine de la photothèque c’est complété.

La mission première de la photothèque est la conservation de ce patrimoine iconographique constitué au gré des missions confiées aux photographes sur les chantiers de fouilles terrestres ou sous-marins, dans les réserves des musées, dans les collaborations avec d’autres établissements de recherches en France et à l’étranger. Bien évidemment, au-delà de la simple conservation il convient d’en assurer la documentation, la gestion et la valorisation.

La mise en place d’un archivage des travaux du service photographique est donc un héritage autant que le fruit d’une réflexion sur la gestion raisonnée des archives photographiques du laboratoire.

Durant plusieurs décennies, une logique géographique a guidée un classement physique autour des grands chantiers menés depuis les années soixante de la rive africaine de la Méditerranée jusqu’à la Gaule méridionale en passant par l’archéologie sous-marine. Giens (Premier grand chantier d’archéologie sous-marine), Marseille (la Bourse : Premier grand chantier d’archéologie urbaine), Cherchel, Volubilis, Nabeul, Arles, Glanum, Entremont, Vaison, Aix, Fréjus… et bien d’autres noms évocateurs de la présence des chercheurs du laboratoire en Méditerranée…

Aujourd’hui, les collections iconographiques du Centre Camille Jullian est constitué d’environ 200000 clichés argentiques noir & blanc, près de 60000 diapositives couleurs et plus de 60000 clichés nativement numériques. Les sujets couvrent les thématiques scientifiques du Centre Camille Jullian : reportages de fouilles, sites archéologiques, mobilier issus des fouilles ou de collections muséales (objets et outils du quotidien en céramique ou matériaux périssables, épaves, épigraphie, monnaies, sculptures…)

Ce patrimoine s’enrichit chaque année d’environ 6 000 clichés supplémentaires par l’intermédiaire des missions permanentes du Service photographique dont ses trois photographes spécialisés assurent la couverture des opérations archéologiques du Centre Camille Jullian, tant en France qu’à l’étranger, pour les missions terrestres, aériennes et sous-marines. Ils travaillent également avec d’autres laboratoires ou établissement publics français et étrangers (musées, Services archéologiques, DRASSM, DRAC, etc.). Tous ces travaux participent à l’augmentation des collections.

Archéologie et Archives

Ce carnet vient :
– d’une part prolonger une réflexion menée sur les archives photographiques conservées dans la Photothèque du Centre Camille Jullian-UMR 7299,
– et d’autre part est lié à l’implication du laboratoire dans le Consortium pour l’Archéologie MASA (Mémoires des Archéologues et des Sites Archéologiques) labellisé par le TGIR CORPUS en 2012.

Nous souhaitons que ce carnet soit un espace d’échange destiné à contribuer à l’élaboration et l’exploitation des sources de la recherche menée dans le laboratoire, tant au niveau de la mise en œuvre de méthodes qu’à celui de leur mise en forme.

Pour cela, nous l’alimenterons par des billets faisant état de l’avancée du travail en cours dans le laboratoire sur l’organisation de la dématérialisation des sources de la recherches, en particulier dans le service de la Photothèque qui dispose d’environ 300 000 clichés sur divers supports (diapositives, négatifs, plaques de verre, numériques).

Le carnet sera alimenté par le résultat des échanges entre le service photographique, la photothèque et les équipes de recherches sur le thème des bonnes pratiques à adopter, tant pour l’archivage que la sauvegarde et l’accessibilité de ces données. Et plus largement, par des billets sur les résultats des réflexions et des questionnements, sur le thème de l’archéologie et ses archives, menés au sein de la plateforme de service composées de spécialistes de l’acquisition et du traitement des données, de la documentation et de l’édition.

Le laboratoire a établi cette année une convention de stage avec le Master 2 « Histoire et humanités » de Aix-Marseille Université (AMU), Spécialité Métiers des archives, des bibliothèques, de la documentation et des médias, Parcours 2 Archives. Un espace du carnet pourra être réservé à l’expression de cette collaboration.

Au delà de ces volets, le carnet permettra de présenter l’ensemble des ressources iconographique et documentaire que le laboratoire produit, et d’échanger au sein de la communauté archéologique de leur documentation et redocumentarisation à l’aide des sciences et technologies du numérique.
Le Centre Camille Jullian étant un des partenaires du Consortium MASA récemment labellisé par le TGIR CORPUS et pilotant un de ses projet sur l’expérimentation des processus d’organisation et de traitement de la documentation issus des fouilles archéologiques réalisées par les chercheurs, le carnet fera état de la mise en place de cette élaboration d’une chaine opératoire propre au domaine de l’archéologie au sein des SHS.